POSTS RECENTS GNIPL

Gustavo Dessal / « Seule la Haine était heureuse »

108views

Texte publié le 25/01/2024 en espagnol sur le site ZADIG-ESPAGNE (Groupe international démocratique zéro abjection). Illustration: Healthcare and medicine, Human, Modern interface screen on laboratory. Generative AI.Par karunyapas.

L’expression « Seule la Haine était heureuse » revient au poète
WH Auden dans le poème :
« À la mémoire de Sigmund Freud ».

Les pays dotés d’une puissante industrie d’armement, comme la Russie, l’Ukraine, les États-Unis, la Chine, l’Iran et Israël, développent un système de drones à guidage autonome utilisant l’intelligence artificielle. « Anduril » est une société américaine créée par Palmer Luckey en 2017, qui a inventé un drone baptisé « Roadrunner », capable d’atteindre des vitesses similaires à celles d’un avion de combat. Pour l’instant l’armée n’est pas convaincue que ce type d’armement fonctionne sans la supervision d’experts humains capables de distinguer une menace ennemie d’une cible non ennemie. Mais en même temps, les analystes politiques estiment que cette condition cessera bientôt d’être valable et que ces dispositifs deviendront la réalisation technologique de l’acéphalie qui caractérise la pulsion de mort déchaînée.

Les accords, pactes, engagements visant à établir des règles et des limites dans le domaine de la guerre n’ont jamais été respectés. Il n’y a aucune raison, hormis l’hypocrisie des politiques, de penser que l’IA fera exception. L’illusion de « faire le bien » est actuellement l’un des paradigmes les plus dangereux qui gouvernent l’impératif démoniaque de destruction. L’une des raisons est que les développeurs de l’IA eux-mêmes (en particulier sa modalité générative) ne savent pas exactement comment elle fonctionne et se méfient donc de savoir si l’AGI pouvait être transformée en une superintelligence dépassant les capacités humaines. Dans le même temps, l’incapacité des techno-scientifiques à établir une définition de la vérité fait d’eux la cible d’une réalité anarchique qui peut revenir sur eux sans préavis, après avoir laissé une traînée de destruction dont les proportions dépassent toute tentative de calcul.

Il n’est pas non plus facile de déterminer si cette position démiurgique est un fantasme divin ou diabolique. Les affirmations se multiplient à la même vitesse que disparaît l’énonciation, ce qui est ce qu’il y a de plus spécifique et de plus unique chez l’être humain.

Qui se cache derrière le soi qui parle ? Des phrases préfabriquées émises de partout, s’incorporant au discours de la normalité ? La psychanalyse s’occupe précisément de cela. Le plus intéressant est que les experts en IA abordent la même question. Mais l’IA est une connaissance qui exclut la dimension de vérité, et cela devient donc une approche complètement stérile pour jeter un coup d’œil dans le vortex de l’énonciation, même si vous en avez le soupçon.

En juin 2015, Elon Musk a fêté ses 46 ans. Pendant la fête, lui et Larry Page, co-fondateur de Google, ont eu une conversation sur l’avenir de l’intelligence artificielle et le dialogue a pris une intensité agressive. Les autres invités ont été étonnés du ton du débat. Page, qui souffre d’une maladie des cordes vocales et qui, cette année-là, était encore PDG de Google, affirmait que les humains finiraient par fusionner avec les machines intelligentes. Un jour, diverses formes d’intelligence se disputeront les ressources, et la plus forte finira par gagner. Le darwinisme social s’était imposé à cet homme, et très loin dans le temps se trouvait l’idéalisme d’un jeune homme qui, avec Sergey Brin, a changé le monde dans un modeste garage. Elon Musk a réagi avec une véritable fureur à la théorie de son ami, et depuis, ils n’ont plus parlé.

Actuellement, même s’ils n’ont jamais retrouvé leur relation, Musk est paradoxalement l’un des principaux investisseurs dans l’intelligence artificielle, et en même temps il sait que l’avenir de l’humanité est en jeu. Il ne s’en soucie pas du tout, pas plus que Peter Thiel, célèbre représentant de la déshumanisation du dernier modèle de capitalisme, dans lequel la paranoïa et le discours d’extrême droite renforcent les liens et étendent leurs tentacules, enveloppant la planète entière.

Je n’ai pas beaucoup d’espoir que le discours analytique puisse faire grand-chose à ce niveau du Jugement dernier. Il est impossible de rivaliser avec la certitude ontologique de la monnaie lorsque son nombre est irreprésentable. L’éthique perd de la place dans l’immoralité ambiante. Mais néanmoins, en fin de compte, après avoir entendu des histoires qui couvrent tout le spectre de la comédie et de la tragédie, le psychanalyste a au moins la satisfaction d’avoir gagné une humble bataille dans son effort quotidien pour ne pas abandonner.


*Gustavo Dessal est psychanalyste. Membre de l’AMP (ELP).