La Perversion ou la traque de la jouissance

 

Jean-Louis Rinaldini

33 (0)4 93 52 26 68 – jlrinaldini@orange.fr

1 fois par mois (le mardi ou le jeudi) toutes les 3 semaines, de 19h à 21h. 11 avenue des mousquetaires, 06100 Nice.

 

Pour nous permettre de nous orienter dans l’approche de cette question complexe, nous nous servirons de la boussole léguée par Lacan dès 1967 (La logique du fantasme 1966-1967) et qui court tout au long de son enseignement, dont la thèse principale déterminante pour la clinique psychanalytique réside dans le fait qu’il n’y a de jouissance que du corps et que le pervers ne peut faire l’épreuve de la séparation du corps et de la jouissance puisqu’au contraire il n’aura de cesse de tenter de restituer au corps la jouissance qu’il lui suppose perdue.

 

Autisme: une approche analytique et clinique

 

Olivier Lenoir 33 (0)6 61 22 19 72 – olivier.lenoir@9online.fr

Un mardi par mois de 17h à 19h

16 avenue Fragonard, 06100 Nice

Pour la 2ème année nous reprenons notre thème: Des origines à la prise en charge, une confrontation avec nos origines communes et l’accès au symbolique de tout humain. Avec l’éclairage des cahiers du PREAUT nous confrontons les apports théoriques divers à notre expérience clinique quotidienne.

 

Groupe de travail sur le séminaire de Jacques Lacan « Les psychoses »

 

Dans ce séminaire de 1955, Lacan aborde les psychoses et démonte les théories psychologisantes de la psychiatrie, telles qu’elles peuvent se manifester encore aujourd’hui dans la pose du diagnostic.
Il met en garde les psychanalystes qui s’imagineraient comprendre le fou. « Dès que vous comprenez, ce n’est pas ça ». En s’appuyant sur le témoignage du paranoïaque Shréber, paru en 1903, et la lecture que Freud en fait, Lacan commence à poser les bases d’une conceptualisation du phénomène psychotique et du délire. « Voilà ce qu’il faut essayer d’en entendre au lieu de comprendre« .
L’étude de ce séminaire ramène le psychanalyste à sa tâche, celle d’éviter l’axe de la certitude et de la recherche du sens.

Dans ce groupe de réflexion, un travail de lecture sera fait à partir du Livre III des éditions de l’A.L.I et des retranscriptions de « staferla ».

Il est proposé le premier jeudi de chaque mois de 19H00 a 21H00 au 40 rue Pastorelli à Nice.

Nora Lomelet, 06 24 44 01 16

lomelet.gb.n@free.f