Contributions

MARISA ROSSO ET MARIANA CASTIELLI / À PROPOS DE LA PÉDOPHILIE. CONSENTEMENT? CONVICTION?

496views

Texte publié sur le site EN EL MARGEN. Traduit de l’espagnol.
Illustration : Images du subconscient#1, Lucio Arese. 

La maltraitance des enfants laisse de nombreuses cicatrices et traumatismes et certaines personnes ne s’en guérissent jamais .

Jelena Dokic[1] 

 Une difficulté en psychanalyse. 

Depuis quelques temps, les signalements d’abus sexuels perpétrés sur des mineurs gagnent en notoriété, que ce soit par des organisations, des réseaux pédophiles ou par des personnes censées s’occuper et protéger les enfants.

Petit à petit, les gens sont incités à s’exprimer ou à dénoncer ce type d’actes. Nous comprenons cette ouverture comme une conséquence de la remise en question de la normativité sexuelle, qui a permis de parler de ce qui est « normal » ou non, de l’objection à l’hétérosexualité comme norme, qui a abouti à l’inclusion des diversités sexuelles. Ceci est en corrélation avec certaines politiques comme l’ESI, qui visent à fournir des ressources aux enfants/adolescents pour discriminer les situations dans lesquelles ils sont victimes d’abus (au-delà de la position sexuelle, de l’identification ou du choix d’objet de chacun).

Dans ce cadre, comment penser la multiplication des abus sexuels perpétrés sur des mineurs ? Les statistiques sont de plus en plus effrayantes : l’Organisation mondiale de la santé (OMS) affirme qu’un mineur sur cinq est victime d’abus sexuels avant l’âge de 17 ans. En Europe, aux États-Unis et au Canada, 20 % des enfants ont été abusés sexuellement. Dans la plupart des cas, puisqu’il n’y a pas de blessures physiques qui servent d’indices ou de comportements spécifiques, ou de témoins, sa détection est une affaire complexe. Il existe également une fausse prémisse selon laquelle « s’il n’y a pas de blessure, il n’y a pas eu d’abus ». Ce qui aggrave la situation car, sans détection, les enfants ne bénéficient pas de soins, de protection ou de justice »[2].

Récemment, l’ancienne joueuse de tennis et commentatrice sportive actuelle, Jelena Dokic, a publié sur son Instagram une photo de son enfance et en légende, elle a écrit : « Je ne pense pas devoir expliquer ce qui s’est passé juste avant cette photo. pris. Je pense que les yeux disent tout. Tout comme les yeux de tant d’autres garçons et surtout de filles. Cette peur et cette tristesse qu’on ne peut cacher (…) »[3].

Les abus ont toujours existé, mais qu’est-ce qui pourrait caractériser leur prolifération à cette époque ? Se pourrait-il qu’ils s’inscrivent dans la lignée ou avec certains slogans, « si vous le voulez, vous l’avez » ou « rien n’est impossible », faisant des mineurs des objets d’abus, de consommation, d’objets de collection ? Il convient de se demander pourquoi un problème de cette ampleur n’a pas été traité de manière beaucoup plus approfondie et sérieuse par la psychanalyse. 

Il semble que le silence historique sur les cas de pédophilie se soit également produit dans les conceptualisations théoriques et cliniques de la psychanalyse. Nous avons trouvé peu de mentions de pédophilie. Il n’y a presque aucune référence à des auteurs comme Melanie Klein ou Winnicott, qui se sont consacrés au travail avec les enfants.

Mélanie Klein dans son article « Les effets des situations d’anxiété précoces sur le développement sexuel des filles » parle effectivement de l’existence d’explorations sexuelles entre enfants au cours de leur petite vie, notamment entre frères et sœurs, (cousins, camarades de jeu, avons-nous ajouté) ; considérer ce fait comme quelque chose de très courant ou cohérent avec ce qui est constitutif, mais non plausible pour être qualifié d’abus (Klein, 2008, 233). Quelque chose qui ne constitue pas un abus sexuel.

Freud, dans Trois essais pour une théorie sexuelle, évoque bien la pédophilie, mais plus comme un acte occasionnel que comme une perversion avérée. Il parle de l’enfant maltraité comme d’un objet de substitution à celui qui ne trouve pas d’autres partenaires sexuels. Il opère une division entre ceux qui sont exclusivement, ceux qui utilisent l’enfant comme objet de substitution pour assouvir leurs pulsions. Il dit : « Ce n’est que par exception que les enfants sont des objets sexuels exclusifs ; Ils viennent presque toujours à jouer ce rôle lorsqu’un individu lâche et impuissant cherche un tel substitut ou lorsqu’une pulsion urgente (qui n’admet aucun délai) ne peut s’approprier sur le moment un objet plus convenable »[4]. Énorme, non ? 

 « Elle perd toute sa force lorsqu’on connaît le nombre de patients qui avouent dans l’analyse leurs propres fautes à l’égard des enfants. »[5] Ferenczi s’oppose ainsi à la théorie de la séduction freudienne, bien que Freud ne rejette pas l’existence d’actes abusifs, mais considère plutôt que ces fantasmes n’indiqueront pas dans tous les cas un abus. En fait, dans la lettre 69 à Fliess, il déclare : « la surprise que dans tous les cas le père ait dû être accusé d’être pervers, sans exclure mon propre père, la compréhension de la fréquence inattendue de l’hystérie, qui dans tous les cas elle devrait Des conditions identiques peuvent être observées, alors qu’il est peu probable que la perversion envers les enfants soit aussi répandue »[6]

Lacan, quant à lui, travaille sur la perversion à différents moments de son œuvre mais sans aborder spécifiquement la pédophilie. Dans son article   Hommage à Lewis Carroll[7], il nous dit que seule la psychanalyse précise la portée de l’objet absolu que peut prendre une petite fille. On peut se demander pourquoi Lacan ne parle d’une fille que comme d’une possibilité qu’elle vienne occuper la place d’objet absolu et ne parle pas d’un garçon. Est-ce une omission ? Est-ce parce qu’il parle d’Alice ou peut-être est-ce difficile à lui de penser qu’un enfant peut-il aussi être pris comme un objet absolu par l’autre ? 

On se demande à quoi correspond une telle résistance depuis les débuts de la psychanalyse, est-ce à voir avec l’horreur que produisent ces actes ? Se pourrait-il qu’en raison du caractère structurel de la place de l’enfant comme objet de l’Autre, il soit difficile de le localiser ? Se pourrait-il que la place occupée par le fantasme de séduction rende difficile sa réflexion ? Quoi qu’il en soit, nous sommes confrontés à un problème que nous ne pouvons pas continuer sans aborder, revenir, nommer et rendre compte. 

La mise en scène comme témoignage.

Le film Le conte , qui a été traduit par L’histoire – bien que cela signifie aussi histoire , narration – est une histoire autobiographique basée sur les expériences de la réalisatrice, productrice et scénariste de ce film, Jennifer Fox, qui déclare : « Mon objectif était de comprendre comment et pourquoi cela s’est produit et aider les gens à comprendre à quel point ces événements sont complexes et subtils. Comment faire un film sur les souvenirs ? Comment faire un film sur le passé en créant le présent ? »[8]

Le film commence lorsque Jenny reçoit un appel bouleversant de sa mère, qui l’interroge sur le contenu d’une histoire qu’elle a écrite pour l’école quand elle avait 13 ans, et que sa mère vient de découvrir, dans laquelle elle raconte une relation avec un homme. … et une femme adulte. Jenny, jusqu’à ce moment-là, considérait que, adolescente, elle avait eu une relation avec un homme plus âgé et n’avait rien remis en question sur ce qui s’était passé jusqu’à ce que sa mère lise l’histoire et lui parle avec consternation et angoisse, évaluant ce qui s’était passé. Dans sa mémoire, elle se considère comme une adolescente pleinement développée, une image qui, nous le comprenons, fonctionne comme un voile sur l’horreur des abus. Image sur la bordure qui commence à se révéler dès l’appel de la mère. 

Dans le film, Jenny évoque la première rencontre avec Bill (coach sportif) et Mme G (monitrice d’équitation) qui fait office de garant et de facilitateur, en principe. À ce moment-là, ils lui disent qu’ils sont tous les deux amants et qu’ils vont former une famille tous les trois. Jenny se souvient : « c’était un serment secret et j’étais fière. »

Lorsque les parents renoncent à leur rôle de protection d’une fille préadolescente, ils lui ouvrent la voie au sentiment qu’elle va à la place du phallus de quelqu’un qui occupe une position de mère porteuse pour le père. Là se produit une conjonction entre le besoin constitutif d’être le phallus de quelqu’un, d’une part, et, d’autre part, cet enfant est pris comme un objet pour compléter l’Autre. Le sujet de la perversion occupe la place d’objet pour réaliser la division subjective chez le partenaire et ainsi viser la jouissance de l’Autre.

Il y a plusieurs scènes qui montreraient une place que cette fille ne trouve pas chez l’Autre. Par exemple, quand elle veut faire de l’équitation avec un ami de son âge et qu’ils ne la lui permettent pas parce qu’ils disent ne pas le connaître, mais paradoxalement quand Bill, qu’ils ne connaissaient pas non plus, va la chercher chez elle un soir, au lieu de Mme G, prétendant qu’elle est malade, laissez-la partir avec cet homme. Elle apporte un bouquet de fleurs à la mère et un cadeau au père, auquel la mère demande au père « notre fille y passe ses week-ends, que sait-on d’elle (Madame G.) ? « Et maintenant ce Bill? » à quoi le père écarte la question et répond qu’il est comme sa mère, qui voit le danger partout. Fin de la conversation et la scène qui montre que non seulement aucun des parents ne se présente au rendez-vous pour sa fonction de garde, mais elle révèle aussi le lieu d’échange objet vers lequel se rend cette fille. Adulte, Jenny reproche à sa mère de l’avoir su et de n’avoir rien fait, ce à quoi sa mère finit par le reconnaître.

Il y a un dialogue fictif, avec toute la puissance de la vérité en jeu dans la fiction, entre la documentariste pour adultes et Bill, son coach/agresseur, qui apparaît tel qu’il était à cette époque, jeune et beau, dans lequel il est intéressant de voir comment Le réalisateur joue constamment, comme ressource, avec la temporalité rétroactive, ce qui rend possible la resignification du traumatisme et son éventuelle élaboration. Ce coach sportif l’a manipulée et lui a fait croire qu’ils vivaient une relation amoureuse que les autres ne comprendraient pas, qu’elle devait se taire et ne le dire à personne. En disant qu’ils entretenaient une relation, essayez-vous de dissimuler le fait que le mineur fonctionnerait comme une pièce de collection ? Mme G dit : « Tu n’étais que la débutante Jenny, il y en avait bien d’autres. »

Comme le dit Lacan dans le Séminaire Le désir et son interprétation, on peut capter la passion du sujet pour l’objet qu’il collectionne et qui est une des formes de l’objet du désir : l’objet du collectionneur est-il un objet sacré comme l’agalma ? Eduardo Orenstein, que nous avons déjà évoqué dans un autre texte[9], fait avouer le personnage de son roman policier Black Hole .: « Nous, les collectionneurs, avons un sens très rigoureux de l’intégralité, nous ne pouvons pas manquer une bonbonnière, nous ne pouvons pas manquer une figurine, nous ne pouvons pas manquer un magazine, nous ne pouvons pas manquer ce qui était sur une étagère et qui est maintenant vide. « Cela ternit n’importe quelle fête. » Donc, une chose est que vous ne pouvez pas manquer une barre chocolatée et une autre chose très différente est que vous ne pouvez pas manquer d’abuser d’un mineur, qui est induit de manière trompeuse à croire qu’il s’agit d’une relation symétrique, comme s’il y avait parité de responsabilités. « Nous avons décidé que nous serions tous égaux », déclare Bill dans le film. 

Le glissement incessant de l’objet dans la collection explique ce manque inhérent au désir, où se manifeste l’inadéquation de tout objet, toujours défaillant, toujours déficient face à l’attente qui est en jeu. 

Pourrait-on dire que l’une des caractéristiques de l’époque est le rejet constant de l’inadéquation de l’objet par rapport à ce qui était attendu ?

Or, même si, par structure, il existe un défaut inhérent d’adéquation de tout objet au désir, ou plutôt que parce qu’il y a inadéquation, il y a désir, la décision de passer à l’acte sexuel dans la pédophilie est absolument une autre chose. La perversion comprise comme structure fondée sur le mécanisme du déni, universalise la condition du désir en niant l’universalisation du phallus, se niant ainsi pour s’universaliser. Ce qui prévaut dans la perversion, c’est la tentative de dominer le temps du désir. 

Il ne s’agit pas de porter un jugement de valeur sur la structure perverse, une structure qui répond d’une certaine manière (renégatoire) au manque de l’Autre, agissant comme cet (objet) qui manque à l’Autre, mais qui nous intéresse. , c’est faire une distinction entre ceux qui passent à l’action en abusant d’un homme et ces sujets de la structure perverse chez qui il existe une éthique contraire ou inverse à celle qui pousse à la perversion.

Comme par exemple dans les pratiques couvertes par le terme BDSM, un groupe de pratiques érotiques « librement consensuelles », comme le jeu d’âge . Nous mettons des citations librement consensuelles puisque le sujet de la perversion ignore, du fait du déni de cette structure, que la sexualité ne peut être légiférée. Ainsi, par ce comme si , ce jeu régulé constitue une manière substitutive de faire une loi là où il n’y en a pas. Réduire la perversion elle-même, en résistant à la poussée d’agir comme un objet qui complète l’Autre, comme une solution éthique qui, en construisant une éthique qui n’abuse pas de l’autre, fait la différence avec le passage à l’acte sexuel avec un mineur.

Or, si le sujet de la perversion pêche le point de manque de l’autre et nie savoir comment agir comme objet de ce qui manque, devenant propriétaire de la distribution de la jouissance, il fait un bien d’usage et d’abus pour atteindre ses fins. Et, en alliance avec la canaille, il consomme le désir de corrompre l’objet enfant.

Bill dit à Jenny : -Je vais faire un groupe au-delà du mariage, au-delà des règles et des engagements (quand il propose une rencontre sexuelle avec deux autres femmes).

Le pédophile fait de la « jeune chair » son fétiche et convainc dans certains cas le mineur en se plaçant à la place de l’exception : « nous pouvons le faire parce que nous sommes uniques, spéciaux ». Lorsqu’on lui demande pourquoi il l’a choisie, Bill répond : « Vous ne vous voyez pas, je veux augmenter votre estime de soi. Comment trouver de la fraîcheur dans un monde d’adultes ?  » J’aimerais que tu te voies comme je te vois, la franchise, le dévouement, l’amour. Un adulte ne peut pas aimer ainsi, seuls les enfants le peuvent. C’est pur, tu crois toujours aux possibilités, comme moi.

Bill profite du point de manque qu’il trouve chez l’autre, pour entrer par là et se faire emmener par l’autre sur le chemin de l’amour. « Tes parents ne te comprennent pas comme je te comprends. » Les méthodes utilisées par la perversion par rapport à l’amour sont liées à la position par rapport à la connaissance, au « je sais » ce dont tu as besoin. « Il faut vous ouvrir lentement (face à la difficulté à y pénétrer). Aucun jeune homme ne ferait ça pour toi… mais je n’abandonne pas. Je suis prêt pour toi ». Cette scène brutale, par sa crudité, sa dépouille, son dévoilement, révèle le lieu où se rend la jeune fille comme objet de jouissance et le désir du pédophile de la corrompre, de la ruiner, de la salir, de l’ouvrir, de l’arracher. Jenny déclare : « Je lui ai tellement fait confiance que je n’ai pas réalisé où il me menait. Mais nous étions tellement loin que je ne pouvais pas dire non. Je ne pouvais pas dire non, mais après l’acte sexuel, j’ai vomi. Jenny se rend compte de sa difficulté à s’affirmer, le dégoût semble être la distance maximale qu’il peut établir, un rejet qu’elle exprime à ce moment-là, montrant sa difficulté à dire non, en contrepoint de toute manifestation de choc ou de limite de sa part, même jusqu’à la fin, quand elle est plus âgée, elle le gronde et parvient à le tenir pour responsable, mais il reste catégorique dans sa position de canaille.

« Ne pas pouvoir dire non, ne pas pouvoir tenir Das Ding à distance, n’est pas la même chose que la volonté de violer et de consommer The Thing, d’aller vers elle et de produire de la jouissance. En tout cas, si par ces logiques certains locuteurs parviennent à un point de la structure où ce qui a été perpétré coïncide avec Das Ding , l’impossibilité de dire qui en résulte est le produit d’une position, d’une volonté, d’une aphasie provoquée et non subie. », dit Helga Fernandez dans Pour une psychanalyse profane[10]

L’abus des mineurs, comme projet du mal, serait incompatible avec le rapport à la parole propre à l’expérience de l’inconscient, c’est pourquoi Bill reste ferme sur sa position, réalisant que dans la perversion l’objet a est Das Ding ou commune . avec Das Ding.

Si le pédophile reconnaissait quelque chose de ce qu’il a fait, il devrait faire face à sa décision éthique, ce que cet homme est loin d’être capable de faire. De manière antagoniste, la protagoniste, soulagée d’avoir enfin pu le tenir publiquement responsable, s’enferme dans la salle de bain et dans une scène finale lui parle comme une fille, ce qui implique que le soulagement qu’elle ressent est l’effet de pouvoir perdre la fille. elle était (objet fille), et donc finalement, extraite de la collection.

Qu’est-ce qui serait abusif ? Où est l’abus au-delà de la nature sexuelle évidente ? Tant que la sexualité est à la place de l’Autre (qui n’existe pas), si l’autre, qui devrait occuper la fonction de l’Autre, a des rapports sexuels avec des enfants, ou encore s’il n’a pas de rapports sexuels mais violemment le met en œuvre comme objet, il ne donne pas la possibilité de constituer l’Autre comme un lieu qui a besoin d’exister comme abri et, dans son objection, comme liberté. Laisser l’enfant ou l’adolescent sans l’autre au lieu de l’Autre est traumatisant. Un traumatisme dont, comme le dit Jelena Dokic, certaines personnes ne peuvent pas guérir. 

The Tale est un drame sur les abus sexuels, un documentaire de fiction qui révèle non seulement combien le sujet du consentement est controversé, mais aussi la manière dont la réalisatrice, avec son savoir-faire, rend compte de la nécessité d’un temps d’élaboration, parfois prolongé, et le passage par un autre qui aide à lire ce fait pour le mettre en dimension. Fox a passé une décennie à développer ce projet, depuis une ébauche qu’il a jetée dans la vingtaine jusqu’au montage de 250 pages qu’il a finalement coupé pour ce film. « Je n’avais pas utilisé les mots abus sexuels jusqu’à 45 ans », déclare-t-il. « Je pensais que ce film risquait de connaître une mort horrible si je n’y laissais pas mon nom », a-t-il déclaré, avant de faire part de sa deuxième crainte : « J’avais vraiment peur que personne ne croie à l’histoire. Bien sûr, nous savons qu’il existe des abus sexuels sur des mineurs, mais les gens ne comprennent pas vraiment […] qu’un enfant peut aimer quelqu’un qui l’abuse.» « J’ai continué parce que j’avais un peu d’amour. J’ai aimé que quelqu’un pense que j’étais spécial. « Nous allions combler le vide de nos âmes avec l’amour de chacun. » « J’avais vraiment l’impression que sans que je dise : « Cela m’est vraiment arrivé », les critiques et le grand public diraient que c’est impossible. Donc, pour protéger le film, j’ai dû laisser mon nom dessus, tout comme j’ai changé les noms de tout le monde. Je le savais depuis le début ».[11]

Ce film, comme l’écriture, écrit le fantôme, crée un cadre autant qu’un écran, laissant place à un regard qui permet de se voir en mettant à distance l’horreur. Le travail de Jennifer Fox fonctionne à la manière du témoignage, c’est-à-dire la rencontre entre la parole et le corps, l’affectation comme à la fois cause et effet, nécessaire à l’élaboration de l’expérience traumatique, réalisant ainsi que l’énonciation est nécessaire à la reconnaissance ou répudiation de tout acte. Ainsi, comme le dit Agamben, le témoignage est toujours un acte d’aucteur.[12]

Peut-être que la lettre, l’écriture, comme c’est le cas de ces deux personnes qui nous ont fait don de leur témoignage, est ce savoir-faire, cette manière de se tailler cette place à l’existence de l’Autre, et donc de l’un comme de l’autre. 

* Merci à Helga Fernández pour l’immense collaboration dans les contributions de lecture détaillées qui nous ont permis de déterminer la meilleure façon de rédiger ce texte, nous aidant dans la composition de certains points du contenu et de sa structure. 

[1] Jelena Dokic, ancienne joueuse de tennis croate devenue ressortissante australienne. Commentateur sportif actuel et reporter de l’Open d’Australie. Auteur des livres Unbreakable et Fearness . 

[2] https://www.unicef.org/argentina/sites/unicef.org.argentina/files/2018-04/proteccion-AbusoSexual_contra_NNyA-2016.pdf

[3] https://instagram.com/dokic_jelena?igshid=MzRlODBiNWFlZA== .

[4] S. Freud, Trois essais pour une théorie sexuelle . Rubrique « Aberrations sexuelles ». Œuvres complètes, vol. VII, éditeurs Amorrortu.

[5] S. Ferenczi. Conférence : Confusion linguistique entre adultes et enfants. Le langage de la tendresse et de la passion. 1932. https://enelmargen.com/2015/07/11/confusion-de-lengua-entre-los-adultos-y-el-nino-el-lenguaje-de-la-ternura-y-de-la- passion-pour-sandor-ferenczi/

[6] S. Freud, Lettre no. 69 (21 septembre 1897). Œuvres complètes, vol. Moi, rédacteurs d’Amorrortu.

[7] J. Lacan, Hommage à Lewis Carroll . Article livré le 31 décembre 1966. 

[8] « Voler : Confessions d’une femme libre », réalisatrice Jennifer Fox, INTERVIEW indieWIRE. 

[9] https://enelmargen.com/2022/08/22/tras-eros-velos-y-desvelos-por-mariana-castielli-y-marisa-rosso/

[10] J. Lacan, Séminaire L’envers de la psychanalyse , Paidos, 1992, Bs.As. Argentine. « Toute canaille repose là-dessus, sur le désir d’être l’Autre, je veux dire l’Autre avec une majuscule, de quelqu’un, où sont dessinés les chiffres qui capteront son désir. »

[11] H. Fernández. Pour une psychanalyse profane. Editeurs Archivida, 2019, Bs. As. Argentine.

[12] G. Agamben, Que reste-t-il d’Auschwitz , Pré-textes éditoriaux, Valence, 2001.