POSTS RECENTS GNIPL

Christophe Farriol* / «Papito corazón» : le patriarcat comme démission du père 

259views

Posté le 20 mai 2023   sur le site espagnol ZADIG . Texte traduit de l’espagnol.
*Christophe Farriol est Psychologue, Psychanalyste. Docteur en Psychanalyse, Université Paris Diderot.

Au Chili, le « cœur de papa » est le nom donné il y a quelques années à une réalité ancienne. Entre nom commun et adjectif, ce terme désigne, non sans sarcasme, le grand nombre de parents séparés qui font très peu pour leurs enfants. Leurs importantes dettes en pension alimentaire sont ce qui est apparu le plus dans les médias ces derniers temps, ainsi que la précarité conséquente avec laquelle ils laissent leurs ex-femmes et leurs enfants. Cette exposition médiatique a facilité son approche à partir de différentes grilles de lecture. Ainsi, le « cœur de papa » n’a pas tardé à être associé au terme « patriarcat ».

Que peut nous apprendre l’articulation spontanée entre « cœur de papa » et « patriarcat » ? Quelques éclaircissements peuvent nous être donnés par le cas célèbre de Franco Parisi.

Personnalité publique chilienne, sa dette alimentaire très importante ajoutée à son leadership politique en ont fait un paradigme du papa de cœur patriarche. Vivant aux États-Unis depuis des années, beaucoup pensent que sa réticence à fouler le sol chilien est due au mandat d’arrêt qui l’attendait, allant même jusqu’à diriger sa campagne pour la présidence de la république entièrement par visioconférence, un peut-être cas unique au niveau mondial.

Il y a quelques mois, Parisi est revenu sur le sol chilien. Les médias rapportent que, dans la foulée, il a discrètement négocié le paiement de son importante dette alimentaire[1]. Peu de médias rapportent un détail qui n’est pas inintéressant : parallèlement au paiement de ses charges alimentaires inaliénables, Parisi renonce à l’autorité parentale de ses enfants[2]. Autrement dit, vous renoncez à vos droits et devoirs sur les biens de vos enfants. Elle n’a que peu à voir avec son ancêtre romain de la patria potestas, d’autorité « tyrannique », et qui n’a cessé de « s’adoucir »[3] des stoïciens à notre modernité. Aujourd’hui, elle est réduite à une figure légale, du moins dans la législation chilienne, secondaire à la détention.

Alors, de quel patriarcat s’agit-il ici ? La seule chose qu’il semble retenir de son origine archaïque est son caractère éminemment viril[4]. En tout le reste, il semble marqué par le renoncement à tout ce qui lui a jadis fait prendre la place de père. Ainsi, le terme « patriarcat » ne semble pas se justifier ici en termes étymologiques (du latin pater) mais dans l’usage qui lui a été donné ces dernières années, relativement à la figure de la maltraitance[5]. Le cas Parisi nous intéresse dans la mesure où il radicalise l’aporie que nous tentons ici d’isoler : un patriarcat comme figure de la démission du père. Là où le papa de cœur ordinaire fuit tout bonnement les pensions, Parisi fait le geste administratif de démissionner de l’autorité parentale. Ce dernier n’étant que l’ombre du pouvoir autoritaire du pater familias, il convient de noter combien il s’agit ici de renoncer le plus possible à tout ce qui touche aux choses du père.

Freud a toujours complimenté les créations populaires. Faisant comme lui, nous félicitons la création du terme « papito corazón ». Bien que moins percutant que « patriarcat », il résume bien mieux ce qui est en jeu aujourd’hui : Que le « manque » du père n’est pas tant la disparition de l’autorité sur le fils, mais une démission du vrai père face à une femme qu’il n’ose pas affronter en tant que femme[6]. Lacan souligne la gravité de la démission des instances gouvernementales, car elle reflète à quel point le pouvoir « n’est pas confortable à détenir, précisément à l’époque où règne le capitalisme (…) en étroite union avec cette montée en fonction de la science »[7].

[1] Live T13, « Parisi a reconnu une dette alimentaire d’un million de dollars et reviendrait au Chili en janvier », 22 décembre 2022, https://www.t13.cl/noticia/politica/nacional/parisi-reconocio-millonaria — dette-pension-nourriture-22-12-2022.

[2] Parra Tapia N et Diaz Montero F., « L’accord Parisi réservé : reconnaît une dette d’un million de dollars envers ses enfants et ouvre la voie à son retour en janvier », BioBioChile, 22 décembre 2022, https:// www .biobiochile.cl/especial/bbcl-investigates/news/articles/2022/12/22/l-accord-reserve-parisi-reconnaît-une-dette-d-un-million-de-dollars-envers-ses-enfants-et-pave-ses — retour-en-janvier.shtml.

[3] Suárez Blázquez G., « L’autorité parentale en droit romain et en droit wisigoth du haut Moyen Âge », Revista de Estudios Histórico-Jurídicos [Section de droit romain], n° XXXVI (2014) : p. 167.

[4] Suárez Blazquez, p. 162.

[5] Leguil C. IN Lacan Web TV, vol. 42 (Paris, France, 2023), https://www.youtube.com/watch?v=qD-iwMv7z3A.

[6] Zenoni A., « Dûn Père à l’autre », Quarto , n° 87 (juin 2006) : p. 39.

[7] Lacan J., Le Séminaire [1968-1969], livre XVI, D’un Autre à l’autre, éd. de Jacques-Alain Miller, Le Séminaire. (Paris : Le Seuil, 1968), p. 239.