POSTS RECENTS GNIPL

Olivier Lenoir / Je suis Enzo /

276vues

Enzo est un petit bonhomme d’un peu plus de 8 ans

Enzo court toujours

Enzo ouvre et ferme les portes

Et moi je suis Enzo

Courir de porte en porte pour ouvrir et fermer et ouvrir encore et fermer à nouveau, souvent dans le vertige du mouvement qu’il déclenche, en silence devant la magie qui s’opère de l’ouverture, de la fermeture, devant la puissance de son geste qui opère et manœuvre puis toujours s’échappant, trottinant sans fatigue vers une autre porte il court, vers une autre issue.

Et moi je cours, je suis Enzo sans jamais le rattraper, trop occupé que je suis à scruter, fouiller ce que la porte cache, ce que je crois avoir trouvé, découvert, inventé : qui était là ou quoi ou où ? Où me mènerait cette porte quand toujours il y en a une autre encore à ouvrir derrière. Et je crois savoir où je vais bien sûr, sûr si peu de mon savoir, de mon avoir et je cours aussi vers ce trésor promis, ce secret toujours caché derrière, il doit bien y avoir une vérité, la vérité ? Et de porte en porte moi aussi je cours et c’est ma vie qui s’y plie à cette course sans fin. Et quand je n’aurais plus de porte à ouvrir ce serait la fin ? Alors un peu je l’envie Enzo qui ne se lasse pas quand moi je me décourage parfois.

Enzo n’en est pas là, aurait-il déjà compris le piège dans lequel nous sommes tous tombés, où nous sommes tous pris ? Compris certes non mais deviné certes oui, il se moque de ce qu’il y a derrière ces portes et jamais Barbe bleue ne pourra pas le rattraper. Ce qu’il y a derrière ces portes il s’en fiche, c’est la porte qui le fascine et des portes il en ouvre.

Alors, je suis Enzo, non pas comme Charlie, je ne suis pas lui, je ne m’identifie pas, j’en suis bien incapable. C’est à le suivre que je m’efforce mais hélas il est pour moi hors d’atteinte car comme on dit : Enzo est autiste. Un jour bientôt, je lui souhaite, il cherchera derrière la porte et ce sera la fin de son innocence.