Contributions

Jean-Louis Rinaldini – Ce qui s’écrit à l’infini

120vues

Je commencerai par évoquer une petite anecdote qui aujourd’hui prêterait à sourire, concernant une figure exceptionnelle, il s’agit d’un grand penseur, philosophe, astronome, théologien, promoteur indéfectible et convaincu de l’infinité des mondes : Giordano Bruno. L’idée de Bruno que maintenant on comprend assez bien par la topologie est que le monde est infini.

Il est de la ville de Nola (d’où son nom le Nolain) au nord-est de Naples  il est né en 1548 et très vite il prend des positions très éloignées de l’orthodoxie catholique. On ne sait pas du tout quand il a été convaincu de l’infinité de l’univers. Il n’a aucune preuve scientifique mais utilise des arguments physiques et métaphysiques. 

Si l’on en croit un poème (dans le De immenso livre 3, De innumerabilibus, immenso, et infigurabili ) écrit à la fin de sa trop brève existence, puisqu’il sera brûlé vif au terme de huit années de procès le 17 février 1600 accusé d’hérésie par l’Inquisition, notamment pour ses écrits jugés blasphématoires et son intérêt pour la magie. Il raconte qu’il a une expérience d’enfance à Nola.  Il montait sur une petite colline, il voyait le Vésuve et croyait que l’univers s’arrêtait au Vésuve  parce que c’était l’horizon. Une fois il a l’occasion d’aller sur le Vésuve et voit sa petite colline de Nola La Cigala ou Cicala (il y a2 orthographes) et là sur Le Vésuve où il avait l’impression que c’était la fin du monde vu depuis Nola  il se dit que ce n’est pas la fin du monde puisqu’il peut voir sa petite colline au-dessus de Nola et depuis le Vésuve encore autre chose qu’il ne voyait pas de Nola. Il a donc cette idée de relativité optique ce qui le conduit à relativiser  toutes les apparences sensibles et c’est à partir de ce cheminement qu’il en est arrivé à infinitiser l’univers, par raisonnement pur puisqu’il n’y avait pas encore de lunette. Il se dit que si l’on pouvait aller sur des étoiles faiblement apparentes dans le ciel peut-être que de là on verrait encore d’autres étoiles etc. Pour lui il est inintelligible que l’univers soit fini, s’il était fini je m’arrête à l’extrémité et qu’est-ce qu’il y a au-delà de cette extrémité? Il doit y avoir de l’espace donc si l’espace limite l’espace c’est qu’en fait le cosmos n’est pas limité il n’y a pas de bordure.

Depuis l’Antiquité vous vous rappelez que les partisans de la Finitude du Monde, et les partisans de son Infinitude n’ont pas cessé de s’opposer. Notre Cosmos a-t-il des bornes ou, au contraire aucune limite qui le renferme ? Aristote était pour la première solution. A partir du travail de Copernic les choses changent radicalement. Petit à petit et différemment selon les auteurs, les conceptions se transforment profondément. Les œuvres de Galilée, Kepler, Descartes, voire Spinoza vont apporter l’idée d’un Univers Infini.

Lire la publication complète