Contributions

Jean-Luc de Saint-Just – Désir et Jouissances

107vues

« Où me mène mon désir ? » C’est une question que chacun peut se poser, pour peu qu’il ait eu l’occasion de prendre la mesure que son désir est le plus souvent hétérogène à ce qu’il voudrait… Source du conflit moral cet écart est celui qu’une cure vise non pas à réduire, mais à dénouer en permettant à chacun de « savoir y faire » un choix éthique assumé… Celui qui impliquera de toutes façons un prix à payer ! « Ou pas la bourse ou pas la vie ! ».

Autrement dit, « Où me mène mon désir ? », sûrement pas vers mon bien, sous entendu mon bien être, ma tranquillité, un plaisir apaisé et apaisant, puisque je suis pris dans ce paradoxe que ce qui s’oppose le plus directement à mon bonheur, c’est mon désir, enfin comme cela s’entend, celui de l’Autre. De fait, la proposition de Lacan de « ne pas céder sur son désir »4 semble à première vue une drôle de proposition, qui à une conséquence tout à fait repérable, celle de ne jamais être tranquille… De ce que nous pouvons en savoir, il semblerait que ceux qui n’ont jamais cédé sur leur désir sont restés animés par celui-ci, travaillant sans relâche et souvent épuisant leur entourage, jusqu’au bout, jusqu’à la mort.

Ce qui m’a mis ici au travail, au tripalium pourrait-on dire, au détour de la lecture de ce texte de Lacan « Kant avec Sade », c’est au-delà de son déchiffrage ce qui y transparaît de la difficile question des rapports de voisinage entre désir et jouissances. Bref, c’est de m’y perdre dans ma tentative de repérage de l’articulation de ces deux dimensions, que j’ai souhaité tenter d’aller y voir d’un peu plus près et, peut-être, par facilité en allant un peu plus loin dans l’enseignement de Lacan puisque ce n’est que dix ans après son séminaire sur « L’Ethique de la psychanalyse » qu’il fondera le « champ de la jouissance » comme champ d’étude et de recherche lors de son séminaire « L’Envers de la psychanalyse » (1969-1970).

Lire la publication complète